Magali Daniaux et Cédric Pigot, Hello Humans!

Au Narcissio
Vernissage jeudi 16 juillet 2020 à 18h30
Exposition du 17 juillet au 10 octobre 2020

Humour caustique, visions sauvages et télescopages délirants décrivent un monde où toute la démesure du nôtre semble s’être agrégée en des figures jusqu’alors inédites, logée dans des fantasmes et croyances d’un genre nouveau.


Deux coups de feu, la dispersion de la fumée

Cockatoo! Cockatoo!

Un appel pour une ambulance

Un jour, vous serez égarés dans une ville surpeuplée

Les beaux rêves ne sont pas faits de gaz lacrymogène

Il y a une fin aux Hommes

Il y a une fin pour les Chefs


L’artiste a son rôle à jouer dans la recréation d’un imaginaire et de formes de représentations capables d’absorber une crise écologique qui est aussi une crise de la sensibilité1. Probablement parce que ce « pervers polymorphe » n’a jamais oublié de se brancher à la diversité du monde. La perte de conscience de cette diversité n’est pas nouvelle pour l’humanité : le déni de son mystère et de son infinité, l’appauvrissement des perceptions caractéristiques de la modernité ont d’ailleurs été fabuleusement décrits dans la littérature crépusculaire qu’elle a fait naître.


Depuis presque deux décennies maintenant, Magali Daniaux et Cédric Pigot pulvérisent la planète des signes où notre vie mentale s’enracine essentiellement pour y faire passer le corps, ce corps mis à distance par le porno, l’hygiénisme, la peur de la maladie et de la mort. Ce corps réel, tel qu’il fut par exemple radicalement investit par Artaud, est plus que jamais à reconquérir par nos

imaginaires. Par la pratique du collage et de l’hybridation, de la composition sonore et de la performance, de l’écriture et de la simulation, Daniaux et Pigot inoculent les signes. Portés par un goût de l’étrange, ils tentent des formes de prélèvements bruts de matière pour faire parler le paysage, la machine, l’image, l’objet, en essayant de les manipuler pour ce qu’ils sont, indépendamment de ce qu’ils représentent pour l’humain.


Ils croisent les descriptions « d’antimondes » pour approcher des questions anthropologiques et environnementales sous un angle fictionnel, mais toujours depuis des expériences et une documentation réalisées lors de voyages de recherche. À la fin des années 80, le géographe Roger Brunet désignait par la notion d’antimonde des lieux à la marge, des espaces considérés « à la fois comme le négatif du monde et comme son double indispensable » : arcanes et espaces inaccessibles : lieux de pouvoir, bases secrètes, ou lieux d’exception : zones franches, paradis fiscaux.


par Marguerite Pilven, critique d'art et commissaire d'exposition


MAGALI DANIAUX ET CEDRIC PIGOT

Depuis leur rencontre en 2001, le travail commun de Magali et Cédric porte la double marque de l’expérimentation et de la performance. Leurs œuvres intègrent divers médias, associant des techniques variées avec un goût prononcé pour les liens entre la science-fiction et les formes documentaires, l’ingénierie de haute technologie et les contes fantastiques, des techniques novatrices et des sensations fugaces. Leur travail univers se matérialise par des installations et la production d’objets, mais aussi par des actions expérimentales et des gestes artistiques plus immatériels.

http://daniauxpigot.com/hello-humans/

LE NARCISSIO 16 rue Parmentier 06100 NICE T 04 93 84 81 30

Ouvert du jeudi au samedi de 14h30 à 18h30 (et bien plus) Entrée libre.

Photos de l'exposition :